Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/09/2009

Pour l'amour de la vie.

Au printemps 1994, une rencontre avec un enfant de 5 ans atteint du sida fut un déclic dans l’existence de lutin bleu.
Que faire pour ce petit bonhomme bientôt orphelin (les parents eux-mêmes…) dont l’espérance de vie se limitait à celle d’un papillon éphémère ?
Le professeur Astruc, éminent pédiatre des hôpitaux de Montpellier, m’encouragea à rassembler des fonds pour financer une « maison de vie » pour ce petit et ses amis, tous très malades.
Ainsi est née « la sauterelle à roulette », une association de bénévoles qui se promettait de récolter de l’argent par des spectacles de théâtre pour enfants pour ces mômes sans devenir.
Le « Midi Libre » su me soutenir.

medium_la-sauterelle-a-roulettes.gif


Après quelques spectacles devant les interressés, une opération récolte-de-dons en collaboration avec des amis commerçants d'un quartier des Angles (84) nous a permis de récolter 12.000 fr, environ 1700 euros et de les offrir avec un énorme sourire à madame Nicolas, adjointe du Professeur Astruc.

medium_img095_copie.gif

Le "Midi Libre" là encore a couvert l'évènement.
Et le "Dauphiné Libéré" lui aussi a soutenu l'initiative.
medium_gif97_copie.gif

L'aventure ouvrit les yeux des pouvoirs publics et on vit éclore un peu partout en France des "maisons des enfants", des lieux ou les petites personnes bléssées mortellement s'amusaient en attendant la miraculeuse guérison.

07/09/2009

LES D.O.M- T.O.M, si loin, si près. 5

Quelle est belle cette « ile de la Réunion » ! Les couleurs douces des arcs-en-ciel se reflètent dans l’océan omniprésent. Arc-en-ciel dans les ethnies et dans les religions, dans la végétation luxuriante d’un volcan en permanente activité. A chaque détour d’un chemin noir de lave refroidie, une bouffée de petit bonheur tout simple t’enveloppe comme une étoffe de soie sur les épaules. Un endroit surprenant. Tout y est paisible et tout y est remarquable. « Calme et volupté ». La tolérance n’exclut nullement les mouvements d’humeur, le réunionnais est malgré tout un homme, et qui plus est, insulaire. Mais il aime son ile et la respecte.
C’est peut-être l’extermination du « dodo », espèce de gros dindon, par ses ancêtres qui l’a fait réfléchir bien avant que Jean-Marie Pelt ou Nicolas Hulot ne hurlent à la mort de la vie.

Un enfant de l’école maternelle « la plus belle du monde » selon lui m’a dit à l’oreille : « tu sais, la différence entre l’eau du robinet et l’eau de l’océan c’est que l’eau qu’on boit est blanche et l’eau, vue d’ici, est bleue (son école est sur « les Hauts »).
Hé oui, petit bonhomme, ça dépend comment on considère les choses. Alors n’oublie pas. Quand tu seras grand, regarde autour de toi et fait gaffe à ce qui te parait tout noir ou tout blanc. Une couleur subtile peut se cacher.

medium_img102.gif

Lors de mon dernier séjour dans ce petit bout de monde, un article dans un quotidien mit in extremis un point final aux aventures du lutinbleu dans les iles.

Pendant les 6 semaines de mon « trip » dans l’océan indien, je m’étais promis de faire du surf et de fêter mon 50ième aniv sur une planche. Bilan… 5 semaines et demie sous l’animal fougueux et 2 heures de la même joie victorieuse que celle de l’enfant qui fait ses premiers pas. Cyril, mon prof, un sourire jusqu’aux oreilles me baptisa alors « Chris le surfeur ».

06/09/2009

LES D.O.M- T.O.M, si loin, si près. 4

Une deuxième expérience dans l’ile de La Réunion a permis d’approfondir mes connaissances. Les nombreuses visites dans les rédactions des médias se sont révélées fructueuses et on s’est senti réunionnais, enfin… « zoreille »…ce qui est quand même plus valorisant que « petitblanc », un brin péjoratif, habitant les « Hauts » et dont on dit que la consanguinité fait des ravages. Même pas vrai. Partout, le public a fait un triomphe au spectacle. Et encore une fois, les journalistes ont vraiment assuré.

medium_bo2.gif

02/09/2009

LES D.O.M- T.O.M, si loin, si près. 3

Quand on arrive sur l’ile de la Réunion, on est surpris …par les embouteillages monstres. La route numéro 1, axe incontournable, est constamment saturée. Les distances même courtes peuvent devenir un long chemin de croix (il faut compter 2 h pour se rendre de Saint Denis à Saint Leu -40km). Autrement dit, il faut prendre ses précautions.
Lors d’une première visite dans cet endroit paradisiaque, une grève des coupeurs de canne a totalement paralysé cet axe principal. La seule solution : la route des « hauts » à flanc de volcan. Frayeur garantie. La récompense est à la hauteur de l’exploit : Des « marmailles », les yeux écarquillés, se laissent emporter par l’histoire de « Monsieur le Vent », vécue chaque jour avec les alizées.

medium_monsieur-le-vent-reunion.gif

Et pendant les arrêts forcés derrière les « cachalots »-les camions transporteurs de cannes, on pense, en admirant la nature, que la planète bleue (et verte) c’est un paradis qu’il ne faut surtout pas perdre…
N.B: Cet article a été publié il y a une dizaine d'années...Depuis, les "choses" ont bien changé. Surtout la circulation.

08:39 Publié dans PRESSE. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : monsieur le vent.